ICERD

Internationales Übereinkommen zur Beseitigung jeder Form von Rassendiskriminierung. Handkommentar

Im Rahmen der Vereinten Nationen wurde das Internationale Übereinkommen zur Beseitigung jeder Form von Rassendiskriminierung (ICERD) in Kraft gesetzt. Dieses völkerrechtliche Abkommen soll sicherstellen, dass Menschen sowohl in rechtlicher als auch… Weitere Informationen...
  • CHF 98.00

Beschreibung

Im Rahmen der Vereinten Nationen wurde das Internationale Übereinkommen zur Beseitigung jeder Form von Rassendiskriminierung (ICERD) in Kraft gesetzt. Dieses völkerrechtliche Abkommen soll sicherstellen, dass Menschen sowohl in rechtlicher als auch in tatsächlicher Hinsicht vor rassistischer Diskriminierung geschützt werden.

Der neue Handkommentar eröffnet einen praxisnahen Zugang und bietet die erste umfassende Darstellung des Regelwerkes: Die Anti-Rassismus-Konvention wird Artikel für Artikel erläutert. Weitere Beiträge betten das Abkommen in die heute bestehenden Menschenrechtsmechanismen ein und beschreiben den Stand der Rassismusbekämpfung in Europa. Die Autoren sind ausgewiesene Experten aus Deutschland, Österreich und der Schweiz.

Die Autoren
Doris Angst, lic. phil., DASLaw | Dr. Cengiz Barskanmaz, LL.M. | Univ.-Prof. i.R. Dr. Wolfgang Benedek | Cordelia Ehrich, lic. iur. | Alice Hannah Golob | Daniela Grabovac, Mag.a | PD Dr. Paul Gragl | Ass.-Prof. Dr. Benedikt Harzl, MA | Prof. Dr. Dr. Rainer Hofmann | Dr. Ibrahim Kanalan | Prof. em. Dr. Dr. h.c. Walter Kälin | Prof. Dr. Christine Kaufmann | Assoz.-Prof. Dr. Emma Lantschner | Doris Liebscher, Ass. jur., LL.M. Eur. | Barbara Liegl, Mag.a | Reto Locher, lic. iur., MA | Moritz Malkmus | Dr. Aistė Mickonytė, LL.M. | Dr. Wilfried Marxer | Prof. Dr. Mehrdad Payandeh, LL.M. | Giulia Reimann, MLaw | Dr. Nahed Samour | Prof. Dr. Stefanie Schmahl, LL.M. | Dieter Schindlauer, Mag. | Dr. Christoph André Spenlé, LL.M. | Prof. em. Dr. Patrick Thornberry | Prof. Dr. Dr. h.c. mult. Christian Tomuschat | Dr. Juliane Wetzel | Alma Wiecken, MLaw

  • ISBN: 978-3-03891-219-4
  • Erscheinungsjahr: 2020
  • Auflage: 1.
  • Seitenzahl: 700
  • Publikationsart: Kommentar
  • Format: gebunden
  • Gewicht: 1300 g
  • Sprache: Deutsch
  • Verlag: Dike Verlag (in Kooperation mit Verlag Österreich, Wien, und Nomos Verlagsgesellschaft, Baden-Baden)

Pressestimmen

  • «[…] ce commentaire de la Convention internationale de 1965 sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale se révèle remarquable à plus d’un titre. Par son ampleur d’abord : en quelque 700 pages, cet ouvrage détaille les tenants et aboutissants de cet instrument fondateur de la lutte contre le racisme. Par sa démarche originale ensuite : à l’analyse proprement juridique de chacune des dispositions, s’ajoutent de précieux considérants sur leur contexte social et politique, ainsi que sur leur rapport aux autres instruments, notamment européens, destinés à combattre la discrimination. Par son actualité enfin : en ces temps de forte résurgence de l’intolérance envers « l’autre » et de multiplication des agressions à connotation raciste, l’ICERD, que la Suisse a ratifiée […].
    […]. L’un des atouts du présent commentaire est justement la mise en valeur du travail accompli par le CERD depuis sa session constitutive en 1970, un travail méconnu au-delà du cercle étroit des spécialistes de la matière. C’est ainsi que les auteurs non seulement ont systématiquement analysé la portée de chacun des vingt-cinq articles de l’ICERD à la lumière des nombreuses recommandations et opinions de l’organe de surveillance, mais encore ils ont établi un tableau récapitulatif de toutes les communications individuelles, relevant à chaque fois les dispositions précises qui étaient en jeu.
    […]. Le remarquable souci des auteurs de dépasser le pur commentaire pour éclairer le contexte social et politique de l’ICERD doit être relevé. […] et les «constructivistes» qui souhaitent son maintien afin de garantir une application cohérente et efficace des textes juridiques qui, comme l’ICERD, se basent sur elle. Dans la même veine de contextualisation, les auteurs examinent dans le détail l’impact de l’ICERD dans les pays germanophones, dénonçant les diverses lacunes de chacun de ces ordres juridiques. On saluera en outre la volonté des auteurs de confronter l’ICERD aux autres instruments internationaux de même vocation (notamment la directive de l’Union européenne 2000/43 sur l’égalité de traitement)2 et de montrer leur influence bénéfique sur la jurisprudence de la CERD. Méritoire est aussi l’accent qu’ils ont mis sur les efforts déployés par les institutions du Conseil de l’Europe, à commencer par la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI). Une section entière de leur ouvrage est en effet consacrée à la présentation fouillée des activités de cet organe dont les prononcés (recommandations générales ou rapports de monitoring par pays) s’inspirent souvent des travaux du CERD (ce qui n’est guère étonnant si l’on sait que certains membres de l’ECRI sont passés par le CERD…) […].»

    Bertil Cottier, sui generis 2021, p. 45

Sie könnten auch an folgenden Artikeln interessiert sein

Pressestimmen

Pressestimmen
  • «[…] ce commentaire de la Convention internationale de 1965 sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale se révèle remarquable à plus d’un titre. Par son ampleur d’abord : en quelque 700 pages, cet ouvrage détaille les tenants et aboutissants de cet instrument fondateur de la lutte contre le racisme. Par sa démarche originale ensuite : à l’analyse proprement juridique de chacune des dispositions, s’ajoutent de précieux considérants sur leur contexte social et politique, ainsi que sur leur rapport aux autres instruments, notamment européens, destinés à combattre la discrimination. Par son actualité enfin : en ces temps de forte résurgence de l’intolérance envers « l’autre » et de multiplication des agressions à connotation raciste, l’ICERD, que la Suisse a ratifiée […].
    […]. L’un des atouts du présent commentaire est justement la mise en valeur du travail accompli par le CERD depuis sa session constitutive en 1970, un travail méconnu au-delà du cercle étroit des spécialistes de la matière. C’est ainsi que les auteurs non seulement ont systématiquement analysé la portée de chacun des vingt-cinq articles de l’ICERD à la lumière des nombreuses recommandations et opinions de l’organe de surveillance, mais encore ils ont établi un tableau récapitulatif de toutes les communications individuelles, relevant à chaque fois les dispositions précises qui étaient en jeu.
    […]. Le remarquable souci des auteurs de dépasser le pur commentaire pour éclairer le contexte social et politique de l’ICERD doit être relevé. […] et les «constructivistes» qui souhaitent son maintien afin de garantir une application cohérente et efficace des textes juridiques qui, comme l’ICERD, se basent sur elle. Dans la même veine de contextualisation, les auteurs examinent dans le détail l’impact de l’ICERD dans les pays germanophones, dénonçant les diverses lacunes de chacun de ces ordres juridiques. On saluera en outre la volonté des auteurs de confronter l’ICERD aux autres instruments internationaux de même vocation (notamment la directive de l’Union européenne 2000/43 sur l’égalité de traitement)2 et de montrer leur influence bénéfique sur la jurisprudence de la CERD. Méritoire est aussi l’accent qu’ils ont mis sur les efforts déployés par les institutions du Conseil de l’Europe, à commencer par la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI). Une section entière de leur ouvrage est en effet consacrée à la présentation fouillée des activités de cet organe dont les prononcés (recommandations générales ou rapports de monitoring par pays) s’inspirent souvent des travaux du CERD (ce qui n’est guère étonnant si l’on sait que certains membres de l’ECRI sont passés par le CERD…) […].»

    Bertil Cottier, sui generis 2021, p. 45

Sie könnten auch an folgenden Artikeln interessiert sein

* Pflichtfelder

zum
Anfang